Secret Empire

Cet article contient mon avis sur l’event Marvel Secret Empire qui est toujours en cours, il est mis à jour après la lecture de chacun des épisodes. Mettez-le dans vos favoris !

Contexte

Captain America a enfin atteint son but : diriger les USA avec HYDRA ! Comme on a pu le lire dans la série Captain America : Steve Rogers (voir mes avis ici), l’event Marvel de Secret Empire signé Nick Spencer peut débuter. Il se présente sous la forme d’une mini-série principale de 11 épisodes (numéros #0-10), avec des ramifications dans les deux séries Captain America, celle de Rogers et celle de Wilson, mais aussi chez plusieurs autres héros et avec des mini-séries limitées ou des one-shots. Je ne chronique ici que l’essentiel et ce que j’ai lu, bien sûr, avec l’ordre que je recommande.

Pour ceux qui auraient raté le début, Marvel a publié un TPB nommé Secret Empire Prelude regroupant Captain America (2012) 21, 25; Captain America: Sam Wilson 7 (A story), 8; Assault on Pleasant Hill Alpha, Omega; Captain America: Steve Rogers 1-2. A commander ici.

Cet article comprend de nombreux spoilers, vous êtes prévenus !

Secret Empire #0

Le SHIELD est sur tous les fronts ! Les chitauris attaquent la Terre et les plus puissants des héros sont dans l’espace, puisque le bouclier qui protège la planète a été saboté. Une armée de super-vilains (des anciens détenus de Pleasant Hill) attaquent New York, et beaucoup de héros s’y rendent pour les arrêter. HYDRA a mis la main sur un ancien missile nucléaire russe, et l’essentiel de la flotte des héliporteurs va essayer de l’arrêter. Le plan de Hydra et son Supreme Leader porte ses fruits : le bouclier spatial est rétabli avec les héros coincés dehors face aux chitauris, les « urbains » sont bloqués à NY sous une bulle d’énergie magique noire, et une grande partie des agents du SHIELD succombe aux suggestions de Faustus et se rallie à HYDRA !

Un premier épisode dessiné par Acuna et Reis, très corrects, qui voit le plan de Rogers se dérouler sans anicroches, et Cap peut maintenant se dévoiler, il détient tous les pouvoirs, sans qu’on ne voit comment il peut être battu. L’attente a pris fin, Captain America vient de porter HYDRA au pouvoir et son machiavélisme est jubilatoire !

Free Comic Book Day 2017 Secret Empire

Une fois n’est pas coutume, le petit fascicule du FCBD de cette année comprend un épisode vraiment intégré à l’histoire et qui contient des événements importants pour celle-ci ! D’ailleurs c’est un peu « criminel » de la part de Marvel puisque tout le monde ne peut pas le trouver…

Les héros qui protègent New York sont dépassés par les événements et prêts à se sacrifier, quand HYDRA arrive ! Avec Captain America à sa tête, qui a un plan pour abattre tous ses anciens amis, lesquels ne font pas le poids longtemps. Mais le plus choquant et/ou déroutant, est l’image finale qui a fait le buzz, une fois de plus avec cette saga. Elle aurait méritée d’être dans l’histoire principale puisqu’on y voit Rogers digne de porter le marteau de Thor. A chacun, ensuite, d’avancer ses hypothèses, mais cela peut justifier les ralliements de certains super-héros comme on le verra plus tard !

Secret Empire #1

L’épisode commence par une vision du nouvel ordre aux USA et par exemple de l’éducation soumise à HYDRA. Captain Marvel lance un SOS dans l’espace, désespérée face aux hordes aliens. Et un jeune garçon rejoint la résistance, avec notamment les Champions, à Las Vegas. Rogers fait régner l’ordre d’une main de fer, avec certains super-héros travaillant pour lui, aux côtés d’anciens vilains et de soldats de HYDRA. Les mutants, eux, ont créé une république en Californie et s’y tiennent tranquilles. Les résistants récupèrent des données issues de Rick Jones, tandis que Rogers, chahuté dans son camp, doit prouver sa force et sa détermination. Et tenter de récupérer le Cube Cosmique, afin de défaire la réalité qu’ont créé les Alliés en se donnant la victoire lors de la Seconde Guerre Mondiale, à la place de HYDRA ! Jones paie le prix de sa trahison (et de son espoir en un meilleur Rogers) de même que la ville de Las Vegas, qui a osé soutenir les résistants.

Sur de très bons dessins de Steve McNiven, la dictature se met en place et Rogers hausse le ton. S’il est moins orienté action que le précédent, cet épisode montre la nouvelle réalité des USA, glaçante.

Secret Empire #2

Las Vegas a été rasée, les habitants de NY tentent de survivre alors que des démons hantent les rues sous la Darkforce. Seule Dagger peut donner un peu de lumière à la ville, en s’épuisant pour cela, tandis que le Caïd place ses pions pour plus tard. Chez les résistants, les infos de Rick Jones sont récupérées, avec les secrets de HYDRA. Black Widow veut aller tuer Rogers en ralliant quelques jeunes héros (dont le jeune Spider-Man qui se rappelle de la vision prémonitoire ? d’Ulysses dans Civil War II) – voir aussi plus loin le one-shot Uprising. Zelmo est chargé de récupérer les fragments du Cube Cosmique dispersés par Selvig, une course s’engage avec les Avengers résistants. L’épisode se termine par quelques pages où un nouveau personnage apparaît et pourrait bien changer les choses, il se nomme… Steve Rogers et veut rentrer chez lui !

Avec des dessins signés d’un Sorrentino au top de sa forme, et des couleurs qui reflètent bien la déprime des héros, cet épisode montre les contrecoups des actions de Rogers et s’intéresse beaucoup à la résistance qui commence à s’organiser, grâce à l’héritage de Jones. Je suis un peu surpris de ne pas voir Doctor Strange un peu plus puissant, mais sa série montre qu’il a perdu de sa superbe.

Secret Empire #3

Tandis que le nouveau Steve Rogers aide la femme qu’il a sauvé de l’attaque de super-vilains, Star-Lord cherche de l’aide auprès des principales races aliens de l’univers Marvel… qui ne sont que trop contentes de voir les humains avoir des problèmes et cherchent à l’abattre ! Black Widow en vient se compromettre avec Maria Hill tout en entraînant les Champions selon ses principes, tandis qu’une autre équipe essaie d’avoir des informations auprès d’un Sam Wilson démoralisé. L’équipe de Zémo cherche elle aussi les fragments du Cube, jusqu’en Atlantis mais se heurte à un leurre de Namor.

Rob Reis signe une partie du dessin, Andra Sorrentino le reste, afin de bien marquer les différents passages. Et l’intrigue est relancée par la présence de deux personnages inattendus…

Secret Empire : Uprising (2017) #1

Un one-shot qui confronte la vision qu’a Black Widow des (sales) choses à faire pour arrêter Rogers, et celle des Champions notamment, peu adeptes de la violence et des tueries. Il se lit entre les #3 et #4 de la saga principale. Les jeunes héros essaient de se faire accepter dans un choeur de la jeunesse de HYDRA qui doit chanter devant Captain America. Un bon moyen de l’atteindre et de le frapper. Mais des super-vilains risquent de les reconnaître…

Un scénario un peu juste, tout comme les dessins moyens, et des héros qui suivent Black Widow mais ne semblent pas vraiment supporter l’idée de devoir assassiner si nécessaire, ce qui est assez incohérent. L’opposition entre le mentor et ses élèves ne fonctionne pas et est reléguée au profit d’une intrigue qui se veut plutôt tragi-comique, mais le mélange des genres fonctionne mal. Dispensable.

Secret Empire #4

Le Steve Rogers perdu se trouve deux nouveaux amis, tandis qu’un lieutenant de Captain America fait son entrée : le Punisher, sur la piste de Black Widow (dont les méthodes ne plaisent guère à ses coéquipiers). En Alaska, dans la base d’Ultron, les équipes des héros et des vilains tombent nez à nez alors qu’ils tentent tous de récupérer le fragment de Cube Cosmique détenu par le robot ! Mais celui-ci les convie à un repas de famille très mouvementé où il leur laisse entendre qu’il attend leur auto-destruction avant de finir d’éradiquer l’humanité ! C’est sa partie Hank Pym qui finira par se révéler, et qui donnera son fragment aux rebelles. Hélas, Namor rejoint Rogers et lui donne aussi un fragment de cube, et on apprend l’existence d’un traître dans la rébellion… Un épisode qui permet aussi de mesurer la différence entre l’époque vintage et l’actuelle quant à l’ambiance chez les Avengers…

Un long épisode avec plusieurs dessinateurs, ce qui n’est pas forcément toujours réussi, et un Leinil Francis Yu qu’on a connu plus en forme. Reste un hommage à Hank Pym/Ultron, une bouffée de nostalgie face à l’équipe vintage des Avengers, une leçon de morale pour Stark, et peut-être un clin d’oeil à Age of Ultron. La chasse continue !

Secret Empire : United (2017) #01

Les mutants sont installés dans la ville de New Tian, en Californie du Nord, en échange de leur neutralité. Mais certains d’eux attaquent la nation HYDRA, et si Sunfire se fait capturer, un commando est chargé de le libérer afin de savoir pourquoi il est passé à l’action et s’il se fait manipuler.

On y découvrira qui dirige réellement la nation mutante (d’ailleurs les previews de la couverture spoilaient, et la finale a été changée), en échange de quoi, et qu’il y a des traîtres au conseil Suprême de HYDRA, décidés à déclencher une guerre entre les deux pays. Mais aussi que le chef des mutants possède un fragment de Cube Cosmique ! Sur un scénario de Jim Zub et des dessins très corrects d’Ario Anindito.

Secret Empire : Underground (2017) #01

Un one-shot à lire entre les épisodes 4 et 5 de la saga principale. Une équipe de héros part en Terre Sauvage sur les traces d’un fragment de Cube, et se retrouve face à Sauron. Il va hélas falloir collaborer avec lui, vu qu’il a perdu le pouvoir sur ce pays, et que les usurpatrices ont le fragment !

Une aventure qui se veut fun mais est trop longue et pas très bien dessinée, on peut donc s’en passer.

Secret Empire #5

Black Widow et l’équipe de la Red Room cherchent à voler un transport de HYDRA pour s’approcher de Cap et pouvoir le tuer, ils trouveront peut-être une alliée inattendue. Après la Terre Sauvage, l’équipe Underground se rend au Wakanda, qui possède un fragment. D’ailleurs, leur répartition est bien arrangeante, non ? Mais Black Panther refuse de leur donner, pour se protéger des foudres de HYDRA. Direction Madripoor, donc, pour se rendre compte que le tracking de Stark n’est pas très fiable.

Et le traître infiltré chez les rebelles permet à Cap de retrouver et de les attaquer. Ensuite, la fin permet de retrouver deux personnages portés disparus dans une succession de scènes impressionnantes qui présagent de sacrés surprises !

Secret Empire : Brave New World (2017) #01

Une mini-série en 5 épisodes qui est centrée sur plusieurs super-héros et le bouleversement qu’apporte Secret Empire dans leur vie quotidienne.

Toro et Human Torch cherchent refuge en Atlantis (logique, pour des êtres de feu (sic)) mais Namor ne veut pas de problème avec HYDRA et ne rend pas service à ses anciens alliés des Invaders.

Raz Maholtra, le nouveau Giant Man gay et d’origine indienne, se retrouve sans travail et sans logement. Pas facile de se débrouiller dans le pays gouverné par HYDRA, où les persécutions sont nombreuses. Il rejoindra la rébellion mais j’ai du mal à croire que sa famille ne le reconnaisse pas vu son costume qui ne cache pas tout son visage.

Enfin, une petite aventure débile de Gwenpool ferme ce numéro assez inutile.

Secret Empire : Brave New World (2017) #02

Un nouveau Patriot entre en scène… bientôt car nous avons là un petit épisode d’origines peu crédible, avec Stark qui donne un équipement inspiré de Captain America à un ado non entraîné.

Quelques pages inutiles concernent HYDRA Bob, un agent gaffeur qui se bat contre une Inhumaine mais ne fait pas rire.

Enfin, suite des mésaventures des deux Invaders en Atlantis, face à la rébellion qui gangrène le pouvoir de Namor. Pas mirobolant et assez laid, mais peut-être à suivre, en tout cas le seul (tout) petit intérêt de cette mini-série.

Secret Empire : Brave New World (2017) #03

Malgré le manque d’électricité, les journalistes du Daily Bugle tentent de travailler, sauf quand Kraven le chasseur, à la recherche de Spider-Man, s’en prend à eux et à JJ Jameson. Un petit récit plutôt original par son cadre atypique.

Dans l’espace, Starbrand tente de percer le bouclier qui entoure la Terre. Sans succès, pour quelques pages inutiles.

Enfin, Namor se heurte à la rébellion et aux deux héros qu’il a rejeté, ainsi qu’à une arme secrète atlante dans ce récit peu passionnant et mal dessiné.